Accueil > Articles

Historique du projet

L’action éco-bloc existe depuis douze ans.
Elle a été lancée en 1996 par Monsieur Serra-Wittling, professeur de mercatique au Lycée Jules Guesde, (qui s’appelait à l‘époque “Lycée Mas de Tesse”) à Montpellier.

Au départ, il s’agissait d’un projet développé à l’année par une classe de Terminale STT (Sciences et Techniques du Tertiaire) Mercatique qui se transformait ainsi en entreprise: les As de Tesse

1e couverture écobloc
> Le tout premier éco-bloc

Désormais seul le professeur responsable de l’action, Monsieur Serra-Wittling, prend en charge la logistique et la gestion dans le cadre de la Maison des Lycéens. Conformément à la réforme STG (Sciences et Techniques de Gestion), les élèves apportent leurs analyses en surplomb de l’action. Ils n’effectuent plus de travaux opérationnels.

L’action s’est ensuite progressivement étendue à d’autres établissements. Si elle était au départ essentiellement orientée vers les lycées, aujourd’hui elle intéresse aussi les collèges voire même les écoles primaires. En outre, elle se diffuse hors de la série technologique tertiaire, et peut prendre la forme soit d’un projet de classe, soit d’un club environnement rassemblant des élèves volontaires.
Aujourd’hui, une vingtaine d’établissements scolaires participent à l’opération sur toute la France. Il faut ajouter à cela la mise en place de la récupération de papier hors des établissements scolaires, comme par exemple à l’Inserm de Montpellier, ou par l’Association des Paralysés de France.

Dans la Loire, l’opération éco-bloc a été initiée en 2005 par Madame Cognard, enseignante de français au collège Le Palais de Feurs.

Éliane Cognard
> Eliane Cognard présentant les corbeilles en osier fabriquées spécialement pour récupérer le papier pour les éco-blocs... sans impact négatif sur l'environnement, contrairement aux cartons...

En 2006, le lycée du Forez à Feurs se joint à l’action, puis le lycée Beauregard en 2007.
En 2008, le projet éco-blocs fait son apparition dans trois nouveaux établissement ligériens : le lycée Carnot de Roanne, le collège Michel Servet de Charlieu ainsi que le collège les Etines au Coteau.
En 2009, le collège les collines du matin de Panissières se lance à son tour dans le projet.
Les éco-blocs étant actuellement fabriqués dans un Centre d’Aide par le Travail (CAT) à Nîmes, les établissements de la Loire ont décidé de chercher une nouvelle filière de production plus proche d’eux. C’est ainsi que des contacts ont été pris avec le lycée Haubtmann de Saint-Etienne, spécialisé dans les métiers de l’imprimerie ; celui-ci rejoint donc l’opération en 2008 et a réalisé environ 1500 éco-blocs pour le Forez.

Facile à mettre en œuvre dans le cadre d’un projet d’éducation à l’environnement et au développement durable, appréciée par tous, l’action éco-blocs a donc de beaux jours devant elle !